Vous êtes ici : Accueil boutique / Ondes / Santé / Electosensibilité, comment mesurer son exposition et se protéger des ondes
Electosensibilité, comment mesurer son exposition et se protéger des ondes

Electosensibilité, comment mesurer son exposition et se protéger des ondes

Nous vous présentons un guide détaillé que nous avons voulu le plus complet, les conseils qui suivent sont le fruit de centaines d'expertises sur le terrain. Ces conseils se répartissent en 5 chapitres cliquables, prenez le temps de les lire et mettez ces pages en favoris pour pouvoir revenir souvent, nous augmentons pour vous régulièrement les textes en tenant compte des dernières avancées. Vous êtes au chapitre 5

Sommaire

Chapitre 1

  • I-Peut-on échapper aux ondes ?
  • II-Quelles sont les sources d'émission ?
  • III-Comment limiter son exposition aux ondes ?

 

Chapitre 2

  • IV-Guide pratique  facile pour se protéger

 

Chapitre 3

  • V-Précautions de base pour les objets et appareils connectés

 

Chapitre 4

  • VI-La lumière bleue des écrans quels effets sur la santé ?
  • VII-Le CPL Linky, les panneaux photovoltaïques, les ondes des voisins
  • VIII-La distance de sécurité d'une ligne à haute tension

 

Chapitre 5

  • IX-L'électro sensibilité aux ondes que faire ?
  • X-Comment évaluer son exposition aux ondes ?
  • XI-Quelles protections et blindages choisir ?

 

IX -L’électro-hypersensibilité c'est quoi ?

Addiction au smartphone, aux réseaux sociaux, surexposition aux écrans, exposition aux ondes...Electro Hyper Sensibilité, EHS, SICEM.

 

Sommes nous tous concernés ?

"Pour que le petit reste tranquille, la nounou le mettait 7h par jour devant la télé ou une tablette ". Ces mots sont prononcés par une maman. A bientôt 3 ans, l’enfant parle à peine. Diagnostiqué autiste léger, sa mère décide d’arrêter de travailler, pour s’occuper de son fils et le stimuler. Malheureusement, cette histoire n’est pas un cas isolé. Avec l’avènement du numérique, les enfants sont mis très tôt devant un écran. Les parents croyants bien faire, laissent leur progéniture des heures, sur un Smartphone, pour s’amuser.

 

Mais une surexposition aux écrans serait nocive. Plusieurs médecins tentent d’alerter les pouvoirs publics, quant à la dangerosité de ces machines. Pour tous les spécialistes, les ravages causés par ces objets sont encore méconnus, mais ils s’accordent sur deux points : ils freineraient le développement cérébral des plus petits et engendreraient certains troubles autistiques.

Qui sont les responsables ? Quels sont les bons comportements à adopter ?

 

  • Pas d’écrans le matin

  • Pas d’écrans durant les repas

  • Pas d’écrans avant de s’endormir

  • Pas d’écrans dans la chambre de  l’enfant

 

 

De nouvelles recherches montrent de manière convaincante que plus les adolescents passent de temps sur les smartphones et autres écrans électroniques, plus ils sont susceptibles de se sentir déprimés et de penser ou de tenter de se suicider. Cette nouvelle étude déclare que le temps d’écran devrait être considéré comme un facteur de risque moderne pour la dépression et le suicide.

 

L’addiction aux réseaux sociaux suscite des troubles chez les adolescents

 

Des études conduites par des chercheurs de l’université de San Diego ont mis en évidence des évolutions significatives des comportements des adolescents depuis 2012, avec une accélération au cours des deux dernières années. Ils sont de plus en plus nombreux à être plus solitaires, à ne pas souhaiter conduire, à avoir des tendances suicidaires. Le taux de suicides serait en très forte augmentation. Ce phénomène est d’autant plus inquiétant que tous ces paramètres semblent corrélés avec le temps passé sur leur smartphone et notamment sur les réseaux sociaux tels que Facebook. En fait il s’agirait d’une addiction au sens vrai du terme avec comme dans la consommation de tabac ou de drogues, une perturbation d’un neuromédiateur bien connu appelé dopamine qui joue un rôle essentiel dans le sentiment de satisfaction. Une fois ce système dopaminergique perturbé, comme les toxicomanes, la consommation des réseaux sociaux devient obligatoire sous peine de ressentir une véritable frustration voire même un état de manque. Emmenez vos enfants en vacances dans un endroit où cela ne capte pas et vous verrez que cette situation est réelle !

 

Electro Hyper Sensibilité, EHS, SICEM.

pour aller plus loin une page complète est dédiée à l'éléctrosensibilté cliquez ici

Electrosensibilité, électrohypersensibilité ou hypersensibilité électromagnétique (EHS), syndrome d'intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM), syndrome des micro-ondes... Autant de mots pour qualifier une souffrance plus répandue qu’on ne le croit puisqu’elle toucherait, à des degrés très divers, entre 5 % et 15 % des personnes dans les pays développés.

L'electrosmog est invisible mais pas imperceptible puisque détectable avec des appareils de mesure. Les rayonnements électromagnétiques artificiels sont à l'origine d'une électro-pollution permanente qui touche toute la population. Alors que les objets connectés nous envahissent et que le nombre d'antennes relais et leur puissance augmentent, de plus en plus de personnes deviennent intolérantes aux ondes. Les dernières zones blanches de France (où les téléphones portables ne captent pas), ou grises (où le niveau des champs électromagnétiques est bas) sont en voie de disparition.

L’électrohypersensibilité, est une forme d’allergie très particulière, en pleine progression dans nos pays industrialisés, et se produit en présence de champs électromagnétiques. Cette maladie, reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mais pas par le monde médical, se caractérise par divers symptômes, dont des troubles du sommeil, des sensations d’échauffement, des céphalées. Nous sommes tous électrosensibles, c’est-à-dire que notre organisme déclenche des réponses face à un champ électromagnétique d’intensité normale. Les personnes électrohypersensibles sont intolérantes aux champs électromagnétiques d’intensité très faible dans un premier temps, puis à toutes les longueurs d’onde, jusqu’à la lumière artificielle et à celle du soleil. Cette intolérance peut avoir une origine génétique ou être acquise, notamment chez les porteurs de prothèses dentaires métalliques et autres implants métalliques. Les alliages mercuriels et métalliques se comportent comme une antenne et augmentent artificiellement l’intensité de l’exposition. Tout comme une allergie, celle-ci peut s’aggraver avec le temps. Plus les expositions aux ondes se reproduisent, plus l’organisme devient sensible, réagissant à des doses de plus en plus faibles ou des gammes de fréquences ignorées jusque là. Une fois les premiers symptômes constatés, elle ne peut que s’accroître.

Les deux grandes familles de troubles attribués aux "ondes", ce sont les troubles neurovégétatifs et dermatologiques. Bien entendu la gravité des symptômes est liée au degré d'exposition aux ondes, plus précisément au type de rayonnement et de son intensité, mais aussi naturellement de la sensibilité et de la vulnérabilité des personnes (âge, santé, nervosité ou émotivité, périodes difficiles, etc.).

Pour savoir avec certitude si on est oui ou non victime d'une forme d'intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM) ou d'électrohypersensibilité (EHS) peut relever du parcours du combattant. Le corps médical n'est pas formé en la matière. Cette situation entraîne souvent une errance médicale qui peut conduire à une désinsertion professionnelle et sociale.

Les personnes atteintes sont généralement forcées d'établir un autodiagnostic...car les millieux médicaux sont hyper exposés aux ondes de tous sortes. La preuve la plus fiable est que les symptômes diminuent, voir disparaissent, lorsque le degré d'exposition est réduit.


Symptômes

 

Les manifestations cutanées les plus fréquentes dans les cas d'une exposition excessive sont les rougeurs et les brûlures (jusqu'au second degrés). Ces manifestations dermatologiques sont temporaires et n'impliquent pas une intolérance durable. En revanche, certains symptômes presque systématiquement rapportés par les personnes électrohypersensibles sont durables et se cumulent : une grande fatigue, des maux de tête (parfois extrêmement violents avec sensation de brûlure), une raideur de la nuque, une sensation d'oppression au niveau de la cage thoracique, des douleurs au milieu du dos ou articulaires, un état d'hyper-vigilance permanent qui cause de graves troubles du sommeil. En bref, des souffrances engendrées par un stress sérieux. Caractéristiques mais généralement non spécifiques, certains symptômes sont parfaitement banals et peuvent être reliés à bien des causes comme l'irritabilité, l'angoisse ou le dépression injustifiée, de troubles de la mémoire ou de l'attention, de désorientation temporaire, de troubles cognitifs passagers, d'acouphènes, d'hyperacousie (intolérance aux bruits), de dysphonie (incapacité temporaire de parler),  d'un déficit soudain du tonus musculaire, de vertiges, d’arythmie cardiaque, de sensations de brûlure.

Comme dans les cas d'allergie, si on ne prend pas de mesures d'évitement, le spectre des causes de l'intolérance peut s'élargir et on peut alors également devenir sensible à des rayonnements tels que ceux produits par les écrans, voir naturels comme la lumière du soleil.

Les symptômes apparaissent lorsque le corps est saturé. Généralement les symptômes se manifestent après coup, non au moment de l'exposition. Avons-nous beaucoup téléphoné, plus qu'à l'habitude, durant les derniers mois ? Passons-nous chaque jour de nombreuses heures devant un écran ? Y-a-t-il au domicile ou au travail une nouvelle installation susceptible d'augmenter notre degré d'exposition ? Est-ce que d'autres personnes dans notre entourage présentent les mêmes troubles ?

Que peut-on faire avant de s'exiler loin de tout ?
Il est d'abord nécessaire de revoir nos habitudes en matière d'utilisation des technologies sans fil. Revoyez les différents chapitre de de document, vous y trouverez des conseils pratiques et simple à mettre en place pour se protéger, vous trouverez aussi des solutions. Faire preuve de la plus grande sobriété possible et "sanctuariser" sa chambre. Il existe de nombreuses solutions pour rester connecté et préserver sa santé (mises à la terre des appareils, utilisation de câbles blindés, baldaquins anti-ondes, etc.)

Le traitement consiste d'abord à se tenir le plus possible à l'écart de toute pollution électromagnétique et de protéger sa maison et surtout sa chambre. Ensuite, votre médecin peut vous prescrire des antihistaminiques (par exemple Polaramine) et un remède pour favoriser la vascularisation cérébrale (par exemple à base de ginkgo biloba), un anti-inflammatoire type corticoïde et un anti-douleur. Malheureusement, dans les cas les plus sévères, le traitement permet tout juste de "survivre" mais ne garantit pas qu'on puisse retrouver une vie sociale et professionnelle normale.

La diététique joue un rôle primordial pour soutenir nos mécanismes de défenses naturelles. Il est conseillé de réduire la consommation de viande, de manger chaque jour des fruits et des légumes frais bio et d'éviter les excitants. Effectuer chaque année une cure d'un mois avec des compléments alimentaires ne peut pas faire de mal, entre autres des antioxydants, des substances ou plantes détoxifiantes du foie, des éléments réparateurs du système nerveux (vitamine D, oméga 3, magnésium, etc.). L'exercice physique est fondamental. Pratiquer autant que possible la marche à pied, si possible dans un environnement sain et apaisant. La sédentarité excessive aggrave les symptômes dus aux ondes électromagnétiques.

 

diagnostic ondes particuliers-professionnels

X - Comment évaluer son exposition aux ondes électromagnétiques ?

S’il est simple d’observer ces bonnes pratiques, il l’est moins de détecter les sources de rayonnement électromagnétique dans son logement. Qui imaginerait que lorsque le fil électrique d’une lampe de chevet est au contact d’un lit en bois, tout le meuble se met à rayonner ? Pour traquer ces ondes, nous réalisons des diagnostics professionnels sur la région Midi Pyrénées. Pendant 1h30  une série de mesures sont prises dans chaque pièce, puis après analyse nous proposons des solutions pour faire baisser le niveau d’exposition. Vous pouvez aussi avec un appareil de mesure simple appréhender votre environnement et appliquer ces conseils pour vous protéger.

Diagnostic de l'environnement électromagnétique :
Avant d'engager des dépenses qui peuvent s'avérer importantes pour se protéger, notre conseiller en environnement électromagnétique effectue les mesures et propose des solutions appropriées en fonction de la sensibilité des personnes et du budget. Le diagnostic coûte, entre 100 et 300 euros en fonction de la superficie des lieux à mesurer (hors déplacement). Il est possible d'acheter un appareil de detection simple, et éventuellement un appareil de mesure plus sophistiqué si on est capable d'interpréter les résultats. En comparaison, les solutions pour protéger une seule chambre à coucher peuvent atteindre plusieurs milliers d'euros.

Et dans les entreprises ?

Depuis le 1er Janvier 2017 un nouveau décret oblige les chefs d'entreprises à protéger leurs salariés contre le rayonnement des ondes électromagnétiques émises par les appareils électroniques de l'entreprise (ordinateurs, smartphones, bornes Wifi, câbles électriques, machines industrielles etc.). Demandez à votre responsable un relevé de mesures d'ondes pour évaluer risques électromagnétiques en milieu professionnel, consultez nous pour des mesures dans votre entreprise partout en France.

XI- Quels blindages et protections choisir ?

texte en cours de rédaction, merci de revenir consulter la page . Vous pouvez aussi nous contacter au +33611582923 pour aller plus loin


Haut de page